L'historique de mes quelques réalisations dans le temps de ce monde plein de bambou et de con-plaisants qui ne me font pas tellement rire (surtout dans ce pays désuet et sujet à tristes rebondissements : La France des français qui aiment servir le système qu'ils critiquent toute la sainte journée tant que Dieu leur prêtent salive et énergie pour aller chercher un salaire/une retraite dorée et incertaine)(tandis qu'a coté leurs voisins, s'ils ne les convoitent pas, s'entretuent pour leur fournir la came des riches)(ne généralise pas)(tire ton épingle du jeu)(Ah t'as pas envie de jouer?)

Actualisé Janvier 2011


Historique artisan bambou France

Réflexion sur l'Association


C'est une réflexion somme toute très enfantine que je vous partage ici. J'ai connu le fonctionnement interne de plusieurs associations, participé à des réunions de projets. Ces expériences ne furent pas nombreuses, mais elles sont pour ma visibilité sur ce sujet.
J'ai entendu des personnes se gausser de dire que l'union faisant la force, l'association était face à l'individualité la seule alternative crédible possible, pour un agir efficace (ou quelque chose du genre). Et de prendre l'exemple de la fourmilière.
C'est nul. C'est tout ce que je voulais vraiment dire.

Affirmer qu'un agir n'est pas en dehors de l'associatif, c'est aussi incapaciter davantage les personnes qui ne peuvent pas créer du lien "normal", du lien "naturel" avec les autres personnes de la société. C'est donc faire une discrimination.
Voilà comment j'ai vécu cette affirmation très en vogue, qui n'est somme toute qu'une affirmation politique destinée a manipuler les oreilles, les cerveaux, les bras et les jambes. L'urgence, ou le croire dans l'urgence chez quelqu'un d'influent, se prétendant cultivé ne devrait pourtant pas laisser aller à ce genre de déclaration... c'est un point de vue.

Quoiqu'il en soit, il reste que de nombreuses personnes sont dans l'incapacité d'aller au devant des autres, et c'est à ceux là vers qui s'était tourné un mouvement comme celui d'Emmaüs à son origine. Se tourner vers les plus démunis, recréer du lien avec ceux qui ont perdu ou sont dans l'incapacité à se lier aux autres. Voilà la vraie Solidarité.
Il n'est nullement indiqué que cette démarche ait plus de force seul ou à plusieurs. Et d'ailleurs, comme c'est le cas pour une association comme Emmaüs qui a dépassé un stade critique sur sa taille, plus il y a d'oreilles...moins l'on semble à l'écoute.

Et plus on s'égare. Alors Mesdames (Brave Messieurs) des associations bien pensantes, lorsque vous affirmez vos grandes théories sur l'Agir avec un grand A, voyez d'abord s'il n'y aurait pas autre chose à faire avant de pavaner.

Réflexion sur la Solidarité


Lors d'un festival récent, j'ai rencontré une dame qui a bien voulu me partager son expérience de Solidarité internationale dans un pays, le Laos. Après avoir essayé de propager certaines idées courues actuellement sur la permaculture, les composteurs, le charbon de bambou, les autorités locales ont finit par les expulser elle et sa famille. En lui demandant des précisions sur la portée effective de ses initiatives dans la localité où cette dame avait "exercé", elle me fit part de son point de vue désabusé : oui les autorité clientélistes, affairistes n'apprécient pas de voir des étrangers lancer de nouvelles activités qui sont à premières vues plus productives et autonomisantes, mais oui aussi, la population locale et la culture populaire regarde d'un très mauvais oeil les étrangers qui viennent leur donner la leçon. Et quand bien même les apports se révèlent efficaces et perennes.

Est ce donc si difficile à comprendre ? Ne pouvez vous donc pas comprendre que la fierté, l'honneur d'un peuple lui laisse le droit de refuser votre main tendue, main tendue par vous, peuple étranger à l'histoire si particulière ?
Pouvez-vous comprendre que votre main tendue puisse être vécue comme un affront ?

Vous qui êtes un peuple "riche", vous venez donner la leçon, en disant d'une certaine manière "vous êtes des incapables, vous êtes en retard, nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous". Cela témoigne t-il d'une si grande intelligence... ? Cela témoigne t-il d'un si grand développement...? Financier, sans doute...mais de ce que l'on appelle sagesse.
Oui je suis d'accord, cela ne s'achète pas. 

Réalisations 2011


  • Bilan au tiers temps de l'exercice en cours :

Ah... quelle ne fut pas ma déception, mais ma non-stupéfaction (je ne suis pas dupe de la mentalité malgache matinée occidentale, tous humains, les mêmes besoins de base à satisfaire, surtout quand l'industrie en créée de nouveaux chaque jours, soigneusement emballés dans un sachet protecteur individuel), déception disais-je, lors de ma visite annoncée (sans AR), mais finalement impromptue (fiabilité de la Poste...) au petit village du porteur du projet, pour une visite des "5 ans".
Je voulais à la fois vérifier le sérieux du projet, au vu du dernier courrier de mars 2010, selon lequel des partenaires parmi certaines ONG et l'Etat malagasy allait peut être s'investir dans ce projet, dans lequel, j'ai investit un peu de mon temps, par Solidarité.
Mais la puce à l'oreille fut de mise lorsque à différents ministères, l'on me précisa n'avoir jamais entendu parler de cette Réserve Narurelle, ni de ce projet, bien qu'en ayant vu l'acte de transcription officiel en 2007. Filouterie ? Je continue à croire aujourd'hui qu'il n'en est rien.
Je suis déçu, mais je n'ai pas de regret.
Manasaka (aurait pu) pourrai être une ouverture, un appel d'air (pour reprendre le sens de l'anagramme d'AVIA) pour la population de cette région, qui ne connaît que la culture traditionnelle (avec certaines pratiques néfastes, érosives, improductives etc.), et le boom du trafic de rhum agricole (illégal en théorie à Mcar) et celui de l'or paillage, qui fait la fortune de quelques un, tandis que les autres s'épuisent pour eux. Quoi de plus banal me diront certains lecteurs ? En effet rien que de tristement banal.
N'exagérons rien, les gens là bas ne sont pas tristes a proprement parler. Mais il semble que la logique du chacun pour soi qui s'exprime ait quand même porté un léger coup à la joie collective de vivre ensemble dans le pays donné en partage. (les adeptes du "chacun pour soi profond" sourient violemment en découvrant leurs dents, dont plusieurs sont en or)
Et l'on se sert docilement les uns des autres...aux plus intelligents, éduqués à l'école, les premières opportunités.
Et l'on se surnomme les uns les autres, celui-ci, il travaille pour le collecteur, son surnom c'est Raboto ("l'esclave").
Simplement l'un des plus agréables dans toute cette hypocrisie...

Aussi je veux croire que le projet de Ramissé Paul était un rêve sincère, que peut être un jour, un jour peut être, un jour viendra et la plupart des paysans comprendront comment définir le sens de leur action envers l'avenir.
Aussi je veux croire qu'il ne s'agissait que d'un rêve trop tôt, un rêve où l'on comprendrait les conséquences des errements actuels AVANT qu'elle ne se produisent... mais finalement on ne peut connaitre véritablement le feu que lorsqu'on y approche la main, et dans le cas d'un peuple, il faut sans doute que plusieurs se brûlent avant que ne s'amorce une réaction DIGNE DE CE NOM.

Mais au fait, pour quelle raison ce projet tombe t-il à l'eau ? J'aurai envie de vous laisser deviner car c'est très facile : c'est une des raisons les plus répandues de foirage de projet -et même de vie- très répandu chez les hommes...les femmes...quelque soit la culture...
Vous ne trouvez pas ?
C'est une banale histoire de fesses.

Je me demande si d'ailleurs ce n'est pas l'une des raisons principales pour laquelle l'humanité se traîne, la jouissance est préférée à la sagesse... une question de rentabilité sur l'instant... et les bonnes intentions, le travail déjà accompli, ce qu'il reste à construire... foutus en l'air.

Ce qu'il y avait de plus motivant dans ce projet était de mon point de vue le fait qu'un porteur de projet local ait le courage de se lancer dans une aventure semblable, de lui même et avec coeur, sans devoir sa cause défendue à quelques bailleurs de fonds étranger (ONG...) ou à un organisme d'Etat, hélas tendancieux et clientélistes au possible.
Le mirage : enfin ! un projet malagasy localement sincère et autonome...

C'est comme ça la vie... soupire

AVIA efa dimy toana (déjà 5 ans), Avril 2011

  • Bilan Début 2012 :

Oh, eh bien si il y a toujours un suivi ! Aussi étonnant que cela puisse me paraître, il convient de partager ici que loin d'avoir abandonné les différentes pistes et démarches personnelles de départ, celle-ci "bénéficient" plutôt qu'elles "subissent" les outrages du temps, très politique. ( <----c'est lourd de sous entendus multiples, là)

Les efforts se sont concentrés sur la re génération du website www.jabagalea.fr ; du sous domaine www.basta.jabagalea.fr sur lequel se trouve la version 2009 ; du sous domaine contre hébergement gratuit www.jabagalea.123.fr sur ce dernier ont été disposés les tutoriels de bases du travail du bambou en format téléchargement libre.

Egalement quelques contacts avec des artisans bambous émergents en France (ou tentative d'émergence...) ainsi que des "éco-concepteurs" "éco-conceptrices" en bambou, toujours en France, avec pour certains des projets d'aide dans des zones dites "en développement"... à suivre

Réalisations 2009


  • Actualisation cartographique pour le projet AVIA : emplacements des bâtiments du Centre de Formation à Manasaka ; noms des lieux de la Réserve Naturelle ; retouche graphique avec inclusion de portions du croquis original, pour signifier la phase actuelle du projet
  • Actualisation du site reservemanasaka.123.fr
  • Plastification et envoi de la dernière version de la carte au porteur du projet
Cliquez ici pour accéder au site qui présente l'initiative AVIA
unite bambou
Cliquez pour agrandir l'image
Malgré la déception la ballade fut des plus agréable
Cliquez pour agrandir l'image
L'alcool de canne en route vers la demande urbaine, c'est Madagascar à l'heure du libre échange et des opportunités campagnardes à saisir [Chacun pour soi et sa famille]
Cliquez pour agrandir l'image
Une culture de riz sur brûlis, la forêt au sommet, c'est la famille qu s'agrandit et des bouches à nourrir à Madagascar


JABAGALEA- 2013 - Raisonnement mécanique hypocrisie systématique

Actualisé le mercredi 28 août 2013  la fin approche PAPA